DEBRÉ Olivier

Estampe, s. d., H. 38 x L. 28 cm
N° 30/40
Collection : GAC
Numéro d'inventaire : G-MS2016-4
Issue de la collection de Michel Sottet.

J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Olivier Debré est un artiste peintre français né en 1920 et décédé en 1999. Après avoir reçu une formation d'architecte à l'École des beaux-arts de Paris, il s'oriente vers le dessin et la peinture dès les années 1940. Sa pratique picturale débute par la figuration, puis se tourne définitivement vers l'abstraction. Les visites répétées dans l'atelier de Pablo Picasso auront une influence décisive sur le jeune peintre. Il cherche alors à exprimer son émotion sans passer par la représentation pure. Pour lui, le signe apparaît comme l'incarnation de l'émotion et de la pensée. Son travail s'exprime notamment par la série « Signes-personnages », caractérisée par la verticalité entre 1945 et 1960, et se veut proche des oeuvres de Nicolas de Staël (1014-1955). Au tournant des années 1960, Olivier Debré revient au paysage avec la série « Signes-paysages ». La matière et beaucoup plus fluide, étalée en larges champs monochromes rehaussés par quelques concrétions colorées. En 1987, il réalise le rideau de scène de la Comédie-Française, le rideau de scène de l'opéra de Hong-Kong en 1989, et celui de Shanghai en 1998.

Cette estampe renvoie à la série « Signes-personnages ». Pour Olivier Debre_, celle-ci débute en 1945 avec la volonte_ de traduire, par l'expressivite_ du geste, son e_motion face a_ l'irrepre_sentable horreur de la shoah durant la Seconde Guerre mondiale : Dachau, premier camp de concentration en Allemagne nazie, les nazis, la souffrance et la torture qui me_nent a_ la mort. Cependant, aucune figuration ne pouvait illustrer le choc et l'e_moi du peintre x c'est un signe mi-abstrait, brutal et fre_ne_tique, inspire_ par une re_alite_ dont Olivier Debre_ s'est approprie_ le souvenir, qui est choisi pour ve_hiculer ses sensations et ses impressions. L'artiste se pose de_s ce moment clairement la question de l'influence du psychisme et de l'e_motion sur la forme. Il utilise exclusivement le noir et le blanc, avec leurs nuances de gris. Cette composition, où la verticale évoque l'homme qui se dresse, doit beaucoup aux idéogrammes chinois par le geste énergique et tendu. Il y a une certaine fusion entre le motif et le fond.

OLDE-001