VILLEGLÉ Jacques - Être étonné c'est un bonheur

Sérigraphie, 2008, H. 80 x L. 100 cm
Editeur : Jean Villevieille
N° 62/80
Collection : GAC
Numéro d'inventaire : GV.2015.110
Issue du fonds Jean Villevieille, éditeur sérigraphe, Saint-Étienne.

J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Jacques Villeglé est né en 1926 à Quimper. Il étudie l'architecture à l'école des Beaux-Arts de Nantes, puis rejoint Raymond Hains à Paris, où va débuter la grande aventure des affiches décollées et lacérées. Passionné depuis toujours par la typographie, c'est en février 1969 qu'il entame la création d'un alphabet sociopolitique à partir duquel il réalise des sculptures parfois monumentales. « Une idée d'alphabet qui m'était venue dans le métro, station République, [...] lors de la venue à Paris de Richard Nixon [...]. Sur le mur d'un couloir j'avais lu les trois flèches de l'ancien parti socialiste, la croix de Lorraine gaullienne, la croix gammée nazie, la croix celtique [...]. Cet assemblage de sigles surchargeait le nom du président américain rendant visite au général de Gaulle. » Dix ans de création furent nécessaires pour cet alphabet qui développe des signes politiques, religieux, idéologiques, monétaires, zodiacaux, maçonniques, pacifistes, militants, contestataires, guerriers, etc. x qui sont ajoutés ou substitués à chaque lettre (hormis le J). Ces signes sont puisés dans la culture populaire et varient constamment en parallèle à l'évolution du monde, de la société. L'alphabet sociopolitique agit ainsi comme une confrontation brute de l'histoire.

Jacques Villeglé s'approprie une phrase de l'écrivain américain Edgar Allan Poe (extraite des Histoires extraordinaires, traduites par Charles Baudelaire) pour en faire une oeuvre graphique à l'appui de son alphabet sociopolitique, qui deviendra par la suite monumentale lorsqu'il l'adossera à un mur du jardin des Tuileries (FIAC, 2009) ou dans la cour de la gare d'Austerlitz (Nuit blanche, 2014). « Être étonné c'est un bonheur » est composé par : le E et le N aux trois flèches, le R formé par les lettres grecques  X (chi) et P (rhô) x le S figuré par le dollar x le T est une représentation du mont Golgotha (colline où fut mis en croix le Christ) x le U au trident x le O en bombe x le B en nombre 13 x etc. Dans la signature « Edgar Allan Poe », notons le G (faucille étoilée et marteau), le A (l'étoile de David x la A anarchiste), le L (la livre sterling), le P (chrisme formé du X et du P), le O des antinucléaires, etc. Chacun peut effectuer sa propre lecture des graphismes sociopolitiques en fonction de la valeur et du pouvoir qu'il confère à ces signes, selon sa culture, sa réaction instinctive, sa curiosité ou son questionnement face _à cette oeuvre.

Bibliographie
Jacques Villeglé, Revue Lisières, no 28, août 2015.
Carine Roma-Clément, Jacques Villeglé, sculptures, Saint-Julien Molin-Molette, Jean-Pierre Huguet éditeur, 2012.
Sophie Duplaix (sous la dir. de), Jacques Villeglé. La comédie humaine, cat. exp. Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2008.

JAVI-012