BEN - La liberté ou la mort

BEN - La liberté ou la mort

Peinture acrylique à la bombe, 1989, H. 54 x L. 75 cm
Editeur : BEN
N° 14/100
Collection : État
Numéro d'inventaire : D-2006.1.28 / FNAC 89 122/
Dépôt du Centre national des arts plastiques. Dépôt du Département de l'Ardèche. Fait partie d'une série intitulée « Estampes et Révolution, 200 ans après », commande publique du Ministère français de la Culture à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution française.
J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Benjamin Vautier, dit BEN, est un artiste français d'origine suisse, né en 1935 à Naples. Installé à Nice depuis 1949, il ouvre dans cette ville en 1958 une sorte de boutique dont il transforme la façade en accumulant quantité d'objets et dans laquelle il vend des disques d'occasion. Cette échoppe devient rapidement un lieu de rencontre et d'expositions qu'il nomme le « Laboratoire 32 ». Il y présente sa première exposition personnelle en 1960. La boutique sera démontée par l'artiste dans les années 1970 et acquise par le Musée national d'Art moderne. Membre du groupe Fluxus, Ben est un artiste majeur de l'avant-garde artistique française qui multiplie depuis les années 1960 les performances, installations et autres interventions provocantes. L'oeuvre de Ben témoigne de la possibilité d'accomplir le rêve de Marcel Duchamp et Yves Klein : être peintre, tenir véritablement dans la société le rôle de peintre, alors qu'une certaine idée de la peinture est morte. Son écriture, de par son graphisme, est devenue l'identification de l'artiste. Naturellement reconnaissable, elle est utilisée pour ses créations sur divers supports, donnant lieu à un véritable marketing.

Cette oeuvre n'est pas un multiple. C'est une peinture acrylique réalisée à la bombe, exemplaire unique, comme chacune des cent planches fournies par l'artiste, montrant ainsi des variantes en couleurs ou en noir et blanc parmi ces cent exemplaires. L'écriture et les mots ont une place importante dans l'oeuvre de Ben. Les mots « La liberté ou la mort » sont exécutés au pochoir sur un fond blanc dans une écriture enfantine. Les mots noirs envahissent la quasi-totalité de la feuille. Le choix des mots est important, l'artiste tente de rejouer la mobilisation révolutionnaire, l'appel au peuple. Ils sonnent comme un cri. L'écriture au pochoir revêt un caractère d'urgence lié au graffiti (outil de résistance). Le langage est le moyen pour l'homme de s'exprimer et donc de partager sa pensée et ses idées.
BEN-001